Skip to content

Je me suis faite tatouer en Italie ! #TatouageVegan

Ciao tutti! (oui j’me la pète depuis que je suis partie en Italie, je fais croire que je sais parler l’italien, m’en voulez pas 😉 )

Aujourd’hui, je vous propose un article un peu différent de ce que j’ai l’habitude de faire sur mon blog, puisqu’on va parler tatouage.

A l’occasion de mon dernier séjour en Italie, j’ai eu envie de me faire tatouer le prénom de mon fils sur le bras. Jusque là, rien de bien original, et on voit pas trop le rapport, là, comme ça, avec mon blog… : eh bien c’est parce que je me suis faite faire un tatouage Vegan!

Ok alors là, je vois, j’en ai perdu quelques uns en route… 😉 En fait, à l’instar de beaucoup d’autres produits que l’on pense être vegan mais qui ne le sont pas, le tatouage ne l’est pas non plus! Et je vous explique pourquoi. Et comment on peut s’en faire faire un vegan si on le souhaite. Bref, je vous donne quelques conseils en passant, juste comme ça, parce que je trouvais le sujet intéressant, et que j’aime bien partager mes moments de vie avec vous 🙂

J’écris simplement cet article afin de répondre aux questions que l’on m’a posées sur le tatouage vegan. Par ce biais, je n’essaie nullement d’influencer qui que ce soit à se faire tatouer. Le tatouage, bien qu’il soit de plus en plus rependu, fait encore débat. Aujourd’hui, le thème de mon article n’est pas de savoir si l’on est pour ou contre (chacun fait comme il veut, et en pense ce qu’il veut), mais simplement de donner quelques conseils pour ceux et celles qui souhaitent se faire tatouer, de façon végane.

Pourquoi j’ai choisi de me faire un tatouage vegan

D’abord, bien sûr, parce que j’avais envie d’un tatouage. Pour moi, le corps est comme une page de vie. On y trouve une partie de notre histoire. Des cicatrices, des tâches, des grains de beauté… Et ce sont parfois des choses que l’on n’a pas choisi d’avoir. Alors qu’un tatouage : si. A mes yeux, il représente un symbole que l’on souhaite graver sur sa peau, pour immortaliser un moment, ou le souvenir d’une personne, pour l’avoir en nous à jamais. Et c’est un moyen d’individualiser mon corps comme bon me semble, tout simplement. J’avais l’envie de me faire un tatouage en hommage à mon fils, Milan, et après avoir cherché pleins d’idées, j’ai fini par préférer la sobriété, en faisant simplement dessiner son prénom. Sobre et efficace.

La question de la douleur n’est pas un frein pour moi. Celle que j’ai ressenti pour certaines cicatrices n’était pas voulue, mais c’est la vie. Et l’accouchement, on en parle de l’accouchement?! Tout le monde sait que la douleur est insoutenable, mais est-ce qu’on vous décourage d’avoir des bébés pour autant? Non! Lol ! A côté, la douleur d’un tatouage est bien plus supportable (surtout pour le mien qui est vraiment tout petit). Et puis, c’est une douleur que j’ai fait le choix d’accepter.

Par ailleurs, il est aujourd’hui possible de se faire tatouer sans impliquer de la souffrance animale. Vous vous en doutez, il était hors de question pour moi de me faire un nouveau tatouage qui ne soit pas en accord avec mes convictions. Comme je vous l’explique dans cet article sur Pourquoi je suis devenue vegan, je ne souhaite plus que ma vie implique une quelconque souffrance animale. Et ce qu’il y a de bien, c’est qu’il est aujourd’hui possible de se faire tatouer sans faire souffrir des êtres sensibles.

Pourquoi un tatouage dans un salon traditionnel est rarement vegan

Les encres

Nous le savons tous, les encres qui servent à tatouer, sont à base de matière végétale. Ce que l’on sait en général moins, c’est qu’elles ne sont pas toujours vegan, car elles sont généralement testées sur les animaux. Et elles peuvent contenir des substances animales, comme :

  • la gélatine : très souvent utilisée pour les bonbons, c’est une substance produite à partir de la peau animale bouillie (porc, vache, cochon) ;
  • la gomme laque : une substance crée à partir de résine sécrétée par des vers asiatiques (des Kerria Lacca) (c’est une substance que l’on retrouve d’ailleurs en enrobage des tic-tac ou du riz Oncle Ben) ;
  • le noir animal : du charbon fabriqué à partir d’os d’animaux calcinés ;
  • la glycérine : elle peut être d’origine végétale, mais elle est souvent d’origine animale (elle provient de la graisse animale), car elle est moins chère.

Pour info, voici une petite liste d’encres véganes :

Donc pas de panique, si vous trouvez un artiste tatoueur dont le travail vous plait vraiment, mais qui n’est pas vegan, parlez-en avec lui pour voir s’il peut vous commander une encre vegan. Ils sont généralement très ouverts d’esprit, et prêts à satisfaire toutes vos demandes. D’ailleurs, avec un peu de chance, il utilise peut-être déjà une de ces encres sans le savoir.

Autres éléments à prendre en compte :

Le papier transfert

Il peut contenir de la lanoline, une graisse obtenue par purification et raffinage du suint (la graisse qui recouvre la toison des animaux à laine). Il existe bien entendu des alternatives vegan, notamment la marque ReproFX.

La vaseline

Utilisée pendant la séance de piquage, elle peut contenir des ingrédients d’origine animale, ou être testée sur les animaux. On peut utiliser à place de l’huile d’olive ou du beurre de karité.

Produits d’hygiène

Les gants que met le tatoueur pour vous tatouer peuvent contenir de la caséine (protéine de lait). Les produits désinfectants qu’il utilise peuvent être testés sur les animaux… Généralement, seul un tatoueur vegan, sensibilisé à cette cause, fera plus attention à acheter tous ces produits les plus vegans et cruelty-free possible. Toutefois, si vous faites le choix d’un tatoueur non-vegan, ne lui demandez pas de ne pas utiliser des gants pour autant! L’hygiène est primordiale, et il vaut mieux un tatoueur qui met des gants non vegan, qu’un tatoueur qui n’en porte pas!

Enfin, les produits lavants et cicatrisants ne sont pas tous vegans et cruelty-free. Je vous en parle plus bas dans le paragraphe « les soins que j’ai utilisés ».

Comment j’ai choisi mon salon de tatouage Vegan

Avant mon départ pour l’Italie, je savais que je voulais me faire tatouer. Je trouvais ça marrant de le faire en Italie car le prénom de mon fils sonne italien 😉 Je me suis donc dit que c’était l’occaz’, et j’ai alors cherché un salon dans le nord de l’Italie. Sachant que je voulais un tatouage très basique, je n’ai pas spécialement cherché un tatoueur en fonction de son style. Mon projet étant très simple, j’ai estimé que n’importe quel tatoueur serait en mesure de le faire. Toutefois, si vous avez un projet très spécial, là il est important de bien chercher l’artiste tatoueur qui saura reproduire le dessin que vous souhaitez.

Celui que j’ai donc choisi est à Maranello, en Italie. Je l’ai trouvé tout simplement sur internet. Je suis allée voir le site du tatoueur, où il est clairement indiqué que les produits utilisés sont vegans. J’ai ensuite pris contact avec lui, lui ai envoyé ce que je souhaitais comme modèle, nous avons pris rendez-vous, et le tour était joué! Voici son site, si vous souhaitez aller jeter un oeil : Violet Fire Tattoo.

MAJ du 23/05/2022 : malheureusement, ce salon de tatouage a fermé ses portes… mais vous pouvez assez facilement en trouver d’autres partout dans le monde en cherchant tout simplement sur internet.

Comment s’est passé ma séance de tatouage

En arrivant, j’ai d’abord était rassuré par le fait que le salon était très propre. Il est impératif que l’hygiène soit irréprochable pour un tatouage. Mon tatoueur, Adam, m’a fait quelques propositions d’écritures. L’une d’elles m’a particulièrement séduite, c’était exactement ce que je voulais. La typo, la taille… c’était CE modèle, et pas un autre. Le choix étant validé, nous avons donc pu partir en salle pour commencer le tatouage.

Adam s’est couvert de la tête aux pieds (là encore, cela m’a rassuré sur son sens aigu de l’hygiène), et a commencé le travail. C’était assez marrant parce qu’il ne parlait pas français ni anglais, et moi pas italien. Et pourtant, nous avons papoté quasiment 2h sans problème. Il m’a expliqué comment il était devenu vegan, pourquoi il faisait ce métier, et comment il parvenait à se fournir en produits et encres vegan. Bref, un super échange avec un garçon adorable, avec qui nous étions sur la même longueur d’onde… et cela a fait passé bien vite la séance tattoo 😉

Une fois le piquage terminé, Adam m’a indiqué toutes les précautions d’usage. Comment bien nettoyer mon tatouage, comment l’entretenir sur le long terme, etc… Il est vraiment important qu’un professionnel prenne le temps de tout vous expliquer, parce que même si ça n’a rien de compliqué, il faut faire les choses au mieux pour éviter tout problème derrière.

Séance tatouage avec Adam, chez Violet Fire Tattoo

Les soins que j’ai utilisés

Une fois le tatouage réalisé, il faut bien sur l’entretenir, pour qu’il cicatrise, et éviter toute infection. Pour ma part, j’ai simplement utilisé 2 produits : un soin lavant, et une crème. Vous trouverez toujours des produits adaptés dans les salons de tatouage. Mais là encore, il ne sont pas nécessairement vegan ni cruelty-free. Vérifiez bien cela au moment où vous prenez rendez-vous avec votre tatoueur. Sinon, achetez les directement dans d’autres boutiques ou sur internet avant de vous faire tatouer.

Le produit lavant

Pour nettoyer son tatouage, il est important de le faire avec un savon ou gel lavant au ph neutre. Idéalement sans parfum, bref, le plus doux possible. Vous n’êtes pas obligé d’utiliser des produits spécifiques pour le tatouage. Un savon ou gel douche neutre et doux peut très bien faire l’affaire.

Personnellement, j’ai utilisé le savon surgras doux bio sans parfum de ma boutique My Trendy Colibri , qui ne contient que des ingrédients naturels, et qui est ultra doux. C’était pratique pour moi car j’ai pu l’utiliser durant toutes mes vacances pour de multiples usages : la toilette de mon bébé, ma propre toilette (shampoing, lavage…), etc…

On peut aussi utiliser d’autres produits, comme la base lavante neutre bio de chez Aroma Zone , ou le savon sans parfum de chez Dr. Bronner’s.

Savon surgras doux sans parfum bio My Trendy Colibri

La crème cicatrisante

Après avoir lavé le tatouage, il est important de bien l’hydrater pour qu’il cicatrise. Mais attention, il faut une crème bien adaptée, et pas utiliser celle de votre quotidien en passant faire des économies. Une huile végétale, comme l’huile de coco par exemple, peut être très bien pour la cicatrisation (mais attention, elle peut être irritante pour certaines personnes, veillez à toujours faire un test avant de l’utiliser quotidiennement).

Personnellement, j’ai choisi le baume corporel hydratant bio sans parfum de ma boutique My Trendy Colibri,

D’autres crèmes spéciales pour tatouages conviennent également très bien, comme la crème de soin après-tatouage Ink Nurse, que j’avais utilisé pour mon autre tatouage.

Baume universel corporel hydratant bio sans parfum My Trendy Colibri

Un soin solaire

Si vous réalisez votre tatouage en été, ou si vous risquez de vous exposer dans les 6 mois après votre tatouage. Il est très important de le protéger au maximum du soleil.

Vous trouverez tout un tas de crèmes sur des sites comme Official Vegan Shop, ou Veganie.

En conclusion

J’espère que cet article sur le tatouage vegan vous aura plu, et qu’il vous aura appris pleins de trucs. Personnellement, j’adore mon tatouage, et je suis ravie d’avoir tenté l’expérience dans un salon en Italie. Comme vous avez pu le constater, cela n’a finalement rien de bien compliqué de se faire tatouer de façon végane. On trouve tout aujourd’hui sur internet, il suffit de se renseigner. Et on constate qu’il y a de plus en plus de salons où cela devient possible. Même constat pour les produits de soin : on trouve pas mal de produis Vegan et sans cruauté que l’on peut utiliser pour un tatouage. J’espère donc que toutes ces infos vous aideront dans vos recherches pour un tatouage plus éthique.

A très bientôt pour un nouvel article !

Et n’hésitez pas à partager en commentaire vos expériences de tatouages vegans!

With love,

Marine

Mon tatouage vegan

2 Commentaires

  1. Voilà !!!
    En ces heures de confinement et mon séjour en Italie annulé, je vais voyager grâce à toi !!!!
    Allongé qur mon transat, les doigts de pieds en éventail, je prend plaisir et le temps de lire vos péripéties et m’inspire de ce qu’aurait pu être notre voyage !!!!
    Merci

    • Eh oui, pas facile de se dire qu’on devrait être en train de passer nos vacances à l’étranger… mais ce n’est surement que partie remise! En attendant, c’est vrai que ça fait du bien de voir des photos de voyage, et ça te donne un petit avant-gout pour une prochaine fois 😉 Bisous


Commentez l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Subscribe

Just subscribe to my newsletter
to receive all fresh posts