Skip to content

Une après-midi à Brescia, la « Lionne de Lombardie » (avec un détour par le lac d’Iseo)

Ce n’est pas vraiment le type de ville italienne qui se congestionne l’été, sous l’afflux des touristes du monde entier. C’est justement pour ça que ma compagne et moi avons décidé, après une visite étouffante du centre historique de Milan en plein weekend de juillet, de nous offrir un lundi plus reposant à Brescia, que l’on surnomme la « Lionne de Lombardie ». Et plus tard dans la journée, une halte rafraîchissante sur les rives du lac d’Iseo.

Laissez-moi vous raconter cette belle après-midi à Brescia, et la façon dont elle s’est étirée jusqu’au coucher du soleil, les pieds dans l’eau.

Brescia, ville d’Art et d’Histoire à l’écart du surtourisme

Peu de gens, si on parle des touristes lambdas, s’intéressent à Brescia. Mais pour les amoureux de culture et d’architecture, la belle cité lombarde recèle de beaux trésors. A plus d’1h15 de Milan, et 45 minutes de la sublime Bergame (très attractive touristiquement, mais immanquable selon moi), Brescia marie un riche patrimoine entre Moyen-Âge et Renaissance, marqué par l’influence de la Sérénissime voisine.

Architecture de Brescia – Italie

On peut y voir une magnifique Tour de l’Horloge, traverser la très photogénique Piazza della Loggia, et surtout visiter les « Due Duomi » (deux cathédrales, ancienne et nouvelle), particularité insolite mais fascinante de la ville. Enfin, sur les hauteurs, le Castello di Brescia vous attend pour une visite panoramique.

La Tour de l’Horloge sur la Piazza della Loggia – Brescia, Italie
Ruelle derrière la Tour de l’Horloge – Brescia, Italie
Due Duomi de Brescia, Italie

Un peu d’histoire

L’histoire de Brescia commence dès l’âge du Bronze, avec plusieurs sites habités découverts lors de fouilles archéologiques. Les gaulois Cenomani la choisirent en tant que capitale avant que la cité ne passe sous la domination romaine – sous le nom de Brixia, préfigurant son appellation actuelle.

Après la chute de l’Empire Romain, Brescia, centre important de l’Italie du Nord, est l’objet de convoitises de différents royaumes, jusqu’à ce que les Lombards en fassent un duché puissant et une commune libre.

Brescia se place plus tard sous la protection de Venise durant plus de 350 ans, entre le 15ème et le 18ème siècle. De nombreux bâtiments emblématiques de la cité reflètent cette période d’allégeance.

Dernière période clé pour préparer votre déambulation urbaine : les “Dieci Giornate di Brescia” (“10 journées de Brescia”), qui se déroulèrent en mars 1849, virent les citoyens de la commune se révolter contre l’oppression autrichienne. La ville obtînt ainsi son surnom de “Leonessa d’Italia” (“Lionne d’Italie”) grâce aux vers inspirés du poète lombard Aleardo Aleardi.

Maintenant que vous en savez un peu plus sur les origines de Brescia, suivez-moi pour 3 heures de flâneries.

Un petit (mais dense) centre historique

Nous nous sommes garés sur le parking de la Caserne, à l’entrée d’une grande place piétonne bordée de belles arcades, à environ 10 minutes à pieds de l’hyper-centre.

Notre promenade nous a d’abord fait passer devant le joli Teatro Grande di Brescia, dont l’épithète “Grande” provient de sa référence à Napoléon. Nous n’avons pas pu en faire la visite car il était fermé au moment de notre promenade… Mais si vous en avez l’occasion, sachez que derrière sa magnifique façade du 17ème siècle se cachent (notamment) de belles fresques en trompe-l’oeil et une salle de théâtre en forme de fer à cheval, décorée dans un style néo-baroque.

Puis nos pas nous ont menés sur la Piazza della Loggia, lieu central dans le cœur historique et petit bijou d’architecture vénitienne. Ici était autrefois organisé un marché médiéval permanent (marché toujours présent chaque samedi matin), avant que les lombards n’y fassent ériger parmi les plus beaux palazzi de la cité. Le regard se porte sur la Loggia, vaste bâtiment en arches de marbre blanc, richement décoré ; puis sur la Tour de l’Horloge construite au milieu du 15ème siècle.

Piazza della Loggia – Italie
Tour de l’Horloge – Brescia, Italie

Après une pause en terrasse – à l’ombre toujours – sur la Piazza della Vittoria, au style plus moderne, nous avons rejoint l’incontournable Piazza Paolo V, aussi surnommée Piazza dei due Duomi. Il y a de quoi être époustouflé(e) par le décor qui s’offre alors à nous, au moment où nous contournons un dernier angle de rue : le Palazzo del Broletto et sa tour de pierre gigantesque (datée de 1200) côtoie non pas une, mais deux cathédrales !

Piazza della Vittoria – Brescia, Italie
Palazzo del Broletto – Italie

La plus ancienne, ronde, puise ses origines aux 12ème siècle et arbore un style roman. L’intérieur de ce très vieux Duomo, remarquablement conservé, réserve au visiteur de magnifiques mosaïques, ainsi qu’une crypte voûtée où la température descend aux alentours des 15 degrés, même en pleine canicule.

Ancien Duomo de Brescia – Italie

Le nouveau Duomo, d’un blanc éblouissant et d’une taille exceptionnelle, achevé en 1825, domine Brescia de sa façade baroque en marbre. Avec une hauteur de 80 mètres, il se classe parmi les 3 plus grands de la péninsule italienne (après celui de Rome et de Florence). Imaginez l’émerveillement… Une fois à l’intérieur, on peut y admirer plusieurs œuvres majeures du Moyen-Âge et de la Renaissance.

Nouveau Duomo de Brescia – Italie
Intérieur du nouveau Duomo – Brescia, Italie

Pour terminer notre balade urbaine, direction le Castello di Brescia, en voiture cette fois (ça monte un peu, à l’extérieur du centre-ville). Voilà le vrai symbole de la ville : les celtes sont passés par ici, léguant à nos générations les vestiges d’un ancien temple, à l’intérieur de ce château médiéval considéré comme l’un des plus grands d’Italie. Rien que ça.

Castello di Brescia – Italie
Tour du château de Brescia – Italie

Nous avons décidément joué de malchance ce jour-là, puisque la plupart des bâtiments intérieurs étaient en cours de rénovation… Donc fermés au public. Allées, ruelles, itinéraires variés, musées thématiques (dont le Musée des Armes, célèbre pour sa riche collection d’armures) font l’intérêt de ce château en temps normal. Nous n’aurons eu qu’une simple promenade dans l’enceinte fortifiée, et une vue imprenable sur Brescia.

Vue sur Brescia – Italie

Un point d’intérêt que nous avons réellement manqué à Brescia reste le site archéologique remontant à l’époque romaine. On peut paraît-il y voir un théâtre antique, un forum et le Temple du Capitole.

Nous aurions aussi pu visiter le Museo di Santa Giulia, lieu unique en Italie de par sa richesse et son étendue ; ou encore la Pinacoteca Martinengo pour y voir ses 480 œuvres d’art couvrant 6 siècles de création italienne. Plus insolite, il est possible d’arpenter Brescia sous terre, en compagnie d’un guide local, avec le parcours “Brescia Underground” (sur réservation).

De quoi – largement – redécouvrir Brescia la prochaine fois qu’on passe en Lombardie ! 

Où (bien) manger à Brescia ?

Le midi, je vous recommande (les yeux fermés) de réserver une table à Vita.

Cette bonne adresse sans prétention se situe justement sous les arcades, près du parking de la Caserne dont je parlais plus tôt. On y sert des plats de bistronomie italienne assez raffinés considérant le prix très léger du menu midi (16€ pour l’entrée, le plat et le dessert avec l’eau plate). Nous avons goûté – entre autres – à de délicieuses pâtes avec une sauce safranée et truffée.

Le service est simple mais accueillant, et on profite ici d’une belle terrasse sous les voûtes.

Si vous avez envie d’une bonne glace après le restaurant ou pour une pause dans l’après-midi, rendez-vous à La Pecora Nera sur la Piazza della Vittoria. Le choix des parfums n’est pas énorme mais au moins les glaces y sont très bonnes et artisanales. En prime, la vue à 360° donne sur un magnifique décor.

Finir les pieds dans l’eau au lac d’Iseo

On est peut-être loin de la mer, mais les points d’eau ne manquent pas, grâce à la proximité avec les Alpes. Tout le monde connaît le lac de Côme, et éventuellement celui de Lugano (côté suisse). Mais la Lombardie a aussi la chance d’être ponctuée d’autres lacs plus « confidentiels » comme celui d’Iseo, à distance égale de Bergame et de Brescia. Comptez environ 40 minutes pour atteindre ses rives.

Nous avions prévu de finir la journée caniculaire (38°C ce jour-là) par une baignade, avant de retourner à notre hôtel de Ponte San Pietro. Le lac d’Iseo ferait très bien l’affaire. Ce lac a d’ailleurs un « petit truc » en plus qui fait sa réputation et attire les italiens en villégiature dans la région : Monte Isola, une île escarpée qui se dresse au milieu des eaux. Quel que soit l’endroit où le voyageur décide de se baigner, la vue sur Monte Isola est immanquable. Et si vous décidez de faire un tour sur l’île, une traversée en bac sera inévitable.

Monte Isola – Lac d’Iseo, Italie

Plusieurs plages bordent donc le lac, des criques publiques et gratuites aux rives aménagées et payantes. La Spiaggietta, Giardino Marilago, Perla Sebina : voilà 3 points d’eau bien notés sur la côte est du lac, que j’avais repérés en avance.

C’est sur la dernière plage, Perla Sebina, que nous avons conclu cette belle après-midi dans les environs de Brescia. Le bar dispose de cabines et de douches gratuites, bien pratique. Et on peut y boire un cocktail pour profiter du coucher de soleil, au son du clapotis des vagues.

Plage Perla Sebina – Lac d’Iseo, Italie
Bar du lac d’Iseo – Italie

Vers 21h, nous avons repris la route en direction de l’hôtel, fenêtres ouvertes, ressourcés par ce mini road-trip hors des sentiers battus. Tout le paysage, aux couleurs changeantes, semblait se fondre entre l’eau, le relief et le ciel.

Cet article vous a été proposé par Ange, rédacteur en chef du magazine Orizzonte.fr et méditerranéen dans l’âme. N’hésitez pas à laisser vos commentaires pour en savoir plus sur son road-trip en Lombardie !

Un palazzo de Brescia – Italie

Aucun commentaire pour l'instant.


Commentez l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Subscribe

Just subscribe to my newsletter
to receive all fresh posts